Un putsch à Radio Centre-Ville

Communiqué de presse

 

 

Un putsch à Radio Centre-Ville

Images intégrées 1

Réunis en assemblée générale annuelle dimanche après-midi, les membres en règle de Radio Centre-Ville, la radio communautaire et multilingue de Montréal, ont vu débarquer plusieurs dizaines d’inconnus.

 

Tel que nous l’avions redouté et malgré l’avertissement que l’Honorable Juge Gérald Dugré avait servi le 13 janvier à l’administration Lalanne, celle-ci a « paqueté » l’assemblée, en violation des règlements de la radio.

 

« Qu’aucun nouveau membre admis après le 31 décembre 2016 ne soit autorisé à voter à l’assemblée générale annuelle 2016 », avait alors écrit Gérald Dugré.

 

Depuis septembre 2016, la vie démocratique de Radio Centre-Ville est prise en otage par le conseil d’administration de Wannex Lalanne qui a décidé de son propre chef d’aller de l’avant avec une importante vente de temps d’antenne et la commercialisation de la station, vendant du même coup et sans hésitation l’âme de Radio Centre-Ville.

 

Pour protester contre ce putsch, la majorité des membres en règle de la majorité des équipes linguistiques ont choisi de quitter l’assemblée.  

 

Des témoignages recueillis sur place ont permis de confirmer que plusieurs  personnes présentes n’avaient aucune idée de l’essence communautaire de Radio-Centre-Ville et n’étaient là que pour servir les desseins de l’équipe Lalanne.  « C’est mon père qui m’a amené  », a témoigné une jeune fille.

 

Rappelons que c’est à l’administration Lalanne que l’on doit, l’été dernier, le renvoi sans préavis des employés de la radio, ainsi que des tentatives cet automne pour vendre unilatéralement le bâtiment. Un vote majoritaire des membres, en décembre, qui rejetait la vente de temps d’antenne, a par ailleurs été complètement ignoré par l’administration.

 

Nous invitons toutes les communautés concernées à se soulever contre ce détournement de la seule radio multilingue et communautaire au Québec, vieille de 42 ans.  Wannex Lalanne et ses sbires ayant violé toutes les mises en garde du juge (changement de lieu, « paquetage » d’assemblée, refus d’envoyer les états financiers avant l’assemblée, nombre insuffisant d’états financiers à distribuer sur place, absence d’ordre du jour), nous retournons devant le tribunal.

 

Signé par

 

Nathalie De Han,  Pascal Lapointe,  Roberto Nunez, Geraldo Vincento Soto,

 

Au nom du comité élu le 18 décembre par les équipes de la radio.

 

Pour information: caradiocentreville@gmail.com