Point de presse (11 avril @ 10h30). Mettre fin à l’impunité de l’ASFC : les soutiens de Lucy Granados, menacée d’expulsion ce vendredi 13, réclament justice et une attention médicale pour elle

Avis aux médias

Mettre fin à l’impunité de l’ASFC : les soutiens de Lucy Granados, menacée d’expulsion ce vendredi 13, réclament justice et une attention médicale pour elle

Quoi : Point de presse
Quand :  Mercredi 11 avril 2018, à 10h30
Où : Les bureaux de l’ASFC, 1010 Saint-Antoine Ouest

Les soutiens de Lucy Francineth Granados demandent un recours pour violation des droits et une attention médicale appropriée pour cette mère monoparentale de trois enfants, âgée de 42 ans, qui est menacée d’expulsion vers le Guatemala le 13 avril. L’ASFC a refusé hier d’accorder à Lucy, qui vit à Montréal depuis neuf ans, un sursis administratif au renvoi. Dénonçant l’impunité de l’ASFC et son pouvoir discrétionnaire sur la vie des migrant.e.s, les soutiens de Lucy interrogent à la fois l’humanité et l’impartialité de cette décision.

Le Centre de travailleurs et travailleuses immigrant.e.s de Montréal prépare une plainte qui sera déposée prochainement à la Commission canadienne des droits de la personne (CCDP) contre l’ASFC, au nom de Lucy. La plainte détaille les dommages psychologiques et physiques que Lucy a subis lors de son arrestation par l’ASFC. Bien qu’une plainte à la CCDP semble être la seule voie ouverte aux migrant.e.s demandant réparation contre l’ASFC, elle demeure très limitée, et des experts juridiques ont indiqué que d’autres personnes ayant un statut précaire n’ont pas été autorisées par le passé à soumettre de telles plaintes auprès de la CCDP. Parallèlement, la possibilité d’un recours contre l’ASFC pour abus dans le dossier de Lucy est également à l’étude.

Aujourd’hui, des rassemblements «Des lumières pour Lucy» auront lieu dans de nombreux quartiers à travers le pays. Les Sit-In «Mères pour Lucy» à l’extérieur des bureaux de l’ASFC à Montréal entament aujourd’hui leur sixième journée. Plus de 10 000 Canadien.ne.s ont signé une pétition en faveur de cette sans-papiers montréalaise, et des lettres ouvertes ont été diffusées dans plusieurs universités, obtenant des centaines de signatures d’universitaires et d’étudiant.e.s. Le ministre de l’Immigration Hussen et le ministre de la Sécurité publique, M. Goodale, n’ont pas daigné répondre à toutes ces mobilisations à travers le pays.

Les avocats de Granados se sont tournés vers la Cour fédérale pour empêcher le gouvernement fédéral d’expulser Lucy, et aussi pour forcer le ministre de l’Immigration Ahmed Hussen à répondre à la demande de résidence permanente de Lucy pour motifs d’ordre humanitaire, déposée en septembre 2017, avant sa déportation.

-30-

Contact : 514-222-0205, 514 894 2455, 514-992-1662

La page de la campagne Lucy Doit Rester : https://bit.ly/2IR5OYt

Chronologie : www.solidaritesansfrontieres.org/fr/timeline

Source:
Solidarité sans frontières
solidaritesansfrontieres@gmail.com
www.solidaritesansfrontieres.org
&
Le Centre des travailleurs immigrants
Iwc-cti.org