Lucy Francineth Granados : l’Expulsion n’aura pas lieu aujourd’hui mais toujours imminente ; Audience de révision de détention et rassemblement demain à 9h

Communiqué de presse

LUCY FRANCINETH GRANADOS : L'EXPULSION N'AURA PAS LIEU AUJOURD'HUI – RISQUE DE DÉPORTATION IMMINENTE – AUDIENCE DE RÉVISION DE DÉTENTION ET RASSEMBLEMENT DEMAIN À 9H

Montréal, le 27 mars 2018 – La déportation de Lucy Francineth Granados a été reportée après une hospitalisation d'urgence hier. Cependant, elle est maintenue en détention et risque d'être expulsée. Le ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, n'a jusqu'à présent pas répondu aux demandes urgentes présentées par plusieurs organisations, groupes communautaires et membres du Parlement au nom de Lucy. Une audience en révision des motifs de détention aura lieu demain à 9h et un rassemblement de solidarité aura lieu à l'extérieur à compter de 8 h 30 (devant le complexe Guy Favreau).

«Le lundi 26 mars, Lucy a été amenée du centre de détention de Laval aux bureaux de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) pour préparer son expulsion », a déclaré Viviana Medina du Centre des travailleur.se.s immigrant.e.s, faisant partie d’une douzaine d'ami.e.s et d’allié.e.s de Lucy qui se sont rendus à l'hôpital hier soir, tard dans la nuit. "C’est là qu’elle s'est évanouie et a été amenée à l'hôpital pour des soins d'urgence. On lui a dit qu'elle quitterait l'hôpital ce matin et retournerait en détention. Nous demandons qu'elle soit libérée de cette situation stressante immédiatement. "

À l'hôpital, les agents de l'ASFC postés devant sa porte ont refusé de lui permettre de recevoir des visites ou de communiquer avec quiconque, sauf son avocat. Bien que Lucy ait été hospitalisée à 13 h, son avocate n'a été informée de la situation qu'après 19 h, heure à laquelle ses heures de visite au centre de détention de Laval ont été annulées, sans donner davantage d'informations à ses ami.e.s ou à sa famille.

"Depuis jeudi dernier, lorsque Lucy a eu une audience en révision de détention, son avocate a été bloquée par l'ASFC. Elle n'a même pas pu recevoir la confirmation que la déportation était prévue pour aujourd'hui. Aucune réponse n'a été donnée à la demande de suspension administrative, déposée vendredi ", a déclaré Alonso Gamarra, de Solidarité sans frontières. "De toute évidence, toute cette incertitude a énormément aggravé le stress de Lucy."

L'incertitude et le manque de transparence entourant la déportation de Lucy continuent. À l'heure actuelle, aucune nouvelle date d'expulsion n'a été annoncée à Lucy ou à son avocate. "Nous dénonçons la violence avec laquelle notre amie et voisine Lucy est traitée et les dommages causés par son isolement. Elle doit être libérée maintenant et autorisée à rester au Canada », a déclaré Gamarra.

Lucy attend toujours qu'une réponse à sa demande de résidence permanente pour motifs d’ordre humanitaire soit traitée, déposée en septembre 2017.

-30-

Contacts: 438 881 9174 (fr, sp); 439 939 6088 (en, sp, fr); 514 894 2455 (en);  514 222 0205 (en, fr)

Chronologie :
http://www.solidarityacrossborders.org/fr/timeline

Contexte : http://www.solidarityacrossborders.org/fr/urgent-member-of-non-status-womens-collective-and-attap-violently-arrested-in-so-called-sanctuary-city

Images: www.facebook.com/CiteSansFrontieres

Source:
Solidarité sans frontières
solidaritesansfrontieres@gmail.com
http://www.solidarityacrossborders.org/fr/
&
Centre de travailleurs et travailleuses immigrant.e.s
Iwc-cti.org