Évacuation forcée de locataires à Pointe-Saint-Charles – un processus inacceptable

Communiqué de presse pour diffusion immédiate

 

Évacuation forcée de locataires à Pointe-Saint-Charles :

Les organismes communautaires demandent à la Ville de Montréal l’humanisation du processus et l’obtention d’un délai supplémentaire

 

Montréal, 21 février 2018 — Demain matin, le jeudi 22 février 2018, 19 résidents de Pointe-Saint-Charles seront forcés d’évacuer leur logement suite à une décision de la Direction de l’habitation de Montréal. Les deux immeubles ciblés pour évacuation, situés sur la rue Centre et Châteauguay, ont des problèmes importants d’insalubrité et de sécurité. Mais, alors que ces problèmes sont connus par la Ville de Montréal depuis 2011, les locataires n’ont reçu qu’un court préavis de trois semaines pour quitter leur logement. Par ailleurs, aucune communication préalable aux avis d’évacuation n’a eu lieu avec les acteurs communautaires du milieu pour leur permettre de faire face aux besoins de relocalisation et de soutien psycho-social.

 

Un processus inacceptable

Les organismes membres de la table de concertation Action-Gardien saluent la volonté de la Ville de Montréal d’agir sur les cas d’insalubrité problématiques, mais sont profondément choqués de la façon de procéder pour corriger la situation, qui se fait au détriment de locataires pauvres. Le maigre délai accordé par la Ville pour reloger les locataires et l’ensemble du processus d’éviction sont inacceptables. Malgré nos interventions au conseil de ville, auprès des élus et avec la Direction de l’habitation pour obtenir un délai supplémentaire, la Ville de Montréal confirme son intention de procéder aux évictions. 

 

Les organismes communautaires vont continuer à interpeller la Ville pour qu’elle revienne sur sa décision d’ici demain, et à défaut seront présents au moment des évictions pour dénoncer haut et fort la situation, soutenir les locataires et appeler la Ville à humaniser ses pratiques.

 

Impossible de reloger une population vulnérable en trois semaines

 « Depuis la semaine dernière, nous avons reçu plusieurs demandes de relocalisation de la part des locataires évincés du quartier. Au début, les locataires ne croyaient pas que la Ville pouvait agir de la sorte et nous n’avions reçu aucune information que ces évictions étaient planifiées. C’est impossible pour nous de répondre à toutes ces demandes dans le délai prescrit », explique Hassan El Asri, organisateur communautaire au Regroupement Information Logement (RIL).

 

Des démarches avec l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM) sont en cours pour reloger l’ensemble des personnes évincées, mais ce sont des processus qui prennent du temps. Ouverture de dossier, demande de relocalisation, vérification de l’admissibilité au service, recherche d’un logement communautaire, demande de subvention pour couvrir les frais de loyers, branchement/débranchement de services, déménagement, etc. Seuls 20% des locataires évincés ont complété la majorité de ces démarches, tandis que près de la moitié (50%) n’a même pas commencé. Cette situation est extrêmement préoccupante, car ces évacuations forcées touchent une population locataire appauvrie, et les impacts sont d’autant plus grands.

 

« Une visite des lieux touchés par l’évacuation forcée a permis à notre travailleur social de constater qu’une partie importante des locataires se retrouve dans une situation de vulnérabilité. Certains des locataires sont des usagers de la Clinique et souffrent déjà de graves problèmes d’anxiété et de détresse psychologique. Le court délai de l’avis d’évacuation forcée compromet notre capacité d’agir en ce qui a trait au suivi psychosocial », précise Stéphane Defoy, organisateur communautaire à la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles.

 

Nous attendons de nos élus qu’ils entendent ce cri du cœur des locataires et des organismes communautaires, qu’ils interviennent aujourd’hui pour stopper les évictions, qu’ils s’entendent avec les personnes et acteurs concernés sur un processus ainsi qu’un échéancier respectueux.

 

– 30 –

 

Source : Action-Gardien, table de concertation communautaire de Pointe-Saint-Charles

 

Pour information :

Cédric Glorioso-Deraiche

Cell : 514-867-4010

Bureau : 514-509-0795

cedric@actiongardien.org

www.espacesendisparition.org

Chargé de projet aménagement

Action-Gardien