COMMUNIQUE : Un groupe anti-gai l’a attendu a l’aeroport, mais il est revenu a Montreal : un homme ghaneen a peur pour sa vie s’il est deporte samedi, mais l’Immigration a refuse de voir les preuves

SVP PARTAGER CET AVIS ET COMMUNIQUÉ AU LIEU DU PRÉCÉDENT.

AVIS AUX MÉDIAS
Conférence de presse
Un groupe anti-gai l’a attendu à l’aéroport, mais il est revenu à Montréal : un homme ghanéen a peur pour sa vie s’il est déporté samedi, mais l’Immigration a refusé de voir les preuves
 
Montréal, 16 septembre – Ebenezer Donkoh a peur de mourir s’il est déporté une deuxième fois au Ghana ce samedi 17 septembre, où il dit que des groupes anti-gais veulent le tuer. Il a été déporté au Ghana le 1ier août 2016 après que sa demande d’asile ait été refusée, où il dit que des groupes anti-gais l’ont attendu à l’aéroport et ont attaqué son ami. L’agente de l’Agence des services frontaliers (ASFR), Liette Malenfant, a refusé de regarder ses preuves, y compris des photos de son ami gravement blessé, d’une voiture endommagée et des rapports hospitaliers et policiers. Donkoh a été détenu le 14 septembre et on lui a donné une date de renvoi. Le gouvernement révisera sa détention le 16 septembre au Complexe Guy-Favreau, 200 Boulevard René-Lévesque. Son avocat, Me Stewart Istvanffy y sera à 9h15 pour parler aux médias, ainsi que Sofiane Chouiter, d’Action LGBTQ avec les immigrantEs et réfugiéEs.
 
Me Istvanffy demande à la Cour fédérale de lui octroyer un sursis au renvoi avant samedi, et de lui donner accès à l’Évaluation des risques avant renvoi (ERAR) pour qu’il puisse demeurer en sécurité au Canada. La Cour fédérale entendra ces demandes à midi le même jour. Donkoh et Action LGBTQ avec les immigrantEs et réfugiéEs demandent aussi à l’Honorable ministre de l’immigration John McCallum d’intervenir dans ce cas, puisqu’elles/ils croient fortement que la vie de Donkoh est en danger au Ghana.
 
Quand: Vendredi, 16 septembre à 9h15
Où : En avant du Complexe Guy Fravreau, au 200 Boulevard René-Lévesque Ouest
Qui : Me Stewart Istvanffy, avocat, Sofiane Chouiter, Action LGBTQ avec les immigrantEs et réfugiéEs et Michael Ntim, défenseur des droits LGBTQ au Ghana.
Contact: Cynthia Beaudry, Action LGBTQ avec les immigrantEs et réfugiéEs, 438-878-4354

***

COMMUNIQUÉ
Conférence de presse
Un groupe anti-gai l’a attendu à l’aéroport, mais il est revenu à Montréal : un homme ghanéen a peur pour sa vie s’il est déporté samedi, mais l’Immigration a refusé de voir les preuves

Montréal, 16 septembre – Ebenezer Donkoh a peur de mourir s’il est déporté une deuxième fois au Ghana ce samedi 17 septembre, où il dit que des groupes anti-gais veulent le tuer. Il a été déporté au Ghana le 1ier août 2016 après que sa demande d’asile ait été refusée, où il dit que des groupes anti-gais l’ont attendu à l’aéroport et ont attaqué son ami. L’agente de l’Agence des services frontaliers (ASFR), Liette Malenfant, a refusé de regarder ses preuves, y compris des photos de son ami gravement blessé, d’une voiture endommagée et des rapports hospitaliers et policiers. Donkoh a été détenu le 14 septembre et on lui a donné une date de renvoi. Le gouvernement révisera sa détention le 16 septembre au Complexe Guy-Favreau, 200 Boulevard René-Lévesque. Son avocat, Me Stewart Istvanffy y sera à 9h15 pour parler aux médias, ainsi que Sofiane Chouiter d’Action LGBTQ avec les immigrantEs et réfugiéEs.

Me Istvanffy demande à la Cour fédérale de lui octroyer un sursis au renvoi avant samedi, et de lui donner accès à l’Évaluation des risques avant renvoi (ERAR) pour qu’il puisse demeurer en sécurité au Canada. La Cour fédérale entendra ces demandes à midi le même jour. Donkoh et Action LGBTQ avec les immigrantEs et réfugiéEs demandent aussi à l’Honorable ministre de l’immigration John McCallum d’intervenir dans ce cas, puisqu’elles/ils croient fortement que la vie de Donkoh est en danger au Ghana.

Âgé de 32 ans, Donkoh travaillait comme enseignant au Ghana lorsque son copain et lui se sont fait attaquer en mai 2014. Son partenaire est éventuellement mort de ses blessures, et Donkoh a été forcé de fuir le Ghana. Il est venu à Montréal en décembre 2014 où il a fait une demande d’asile qui a éventuellement été refusée. À la fin juillet 2016, la Cour fédérale a refusé d’entendre sa demande de sursis au renvoi, et ce malgré de forte preuves, selon Me Stewart Istvanffy. Durant son temps au Canada, il est devenu un membre actif de la communauté d’Afrique de l’Ouest LGBTQ à Montréal, aidant les migrant-es LGBTQ d’Afrique de l’Ouest à accéder aux services et à un réseau d’ami-es.

« Mr. Donkho s’est identifié à nous comme personne LGBTQ depuis mars 2015. Notre mandat et notre obligation sont de soutenir les personnes qui appartiennent aux minorités sexuelles et de genre et qui sont victimes d’oppressions, et vu les nouvelles preuves, on craint réellement et sincèrement pour sa sécurité s’il retourne dans son pays d’origine. On sollicite le gouvernement canadien de réviser sa décision pour éviter un dommage irréparable s’il retourne au pays.” – Sofiane Chouiter, AGIR

« Ce cas illustre clairement que la demande de sursis au renvoi à l’ASFR n’est pas un recours légal valide qui respecte la Charte canadienne des droits et libertés. C’est comme une mauvaise blague. J’ai aussi été choqué que la Cour fédérale refuse d’entendre la demande de sursis au renvoi en juillet parce que c’est une question de vie ou de mort. Je crains que la Cour fédérale manque à rôle constitutionnel de protéger les droits fondamentaux. » – Me Stewart Istvanffy

Contact: Cynthia Beaudry, Action LGBTQ avec les immigrantEs et réfugiéEs, 438-878-4354