Communique : La pression du public permet à une adolescente Rom et à sa mère d’obtenir un report de deux mois de leur déportation

Communiqué de presse
La pression du public permet à une adolescente Rom et à sa mère d’obtenir un report de deux mois de leur déportation

Montréal, le 12 mai 2016 – À la veille de ce qui devait être la date de leur déportation, Gilda Lakatos, 17 ans, et sa mère Katalin ont reçu la nouvelle que le gouvernement a accepté de reporter leur déportation pour une période de deux mois. Après que Gilda et Katalin aient courageusement pris la parole publiquement à propos de leur histoire, de nombreux membres de la communauté, ainsi que plusieurs organisations ont répondu à leur appel en demandant aux ministres de l’Immigration et de la Sécurité publique d’intervenir pour empêcher leur déportation.

« Lorsque j’ai reçu la nouvelle, j’étais en état de choc, je n’y croyais pas ! Puis, j’ai ressenti un immense soulagement » a dit Katalin Lakatos. « Mais, mon plus grand souhait c’est que cette insécurité soit terminée et que le gouvernement nous dise que nous pouvons rester pour de bon. Alors, je pourrais recommencer à respirer librement ».

La famille a quitté la Hongrie en 2011, suite au racisme auquel ses membres devaient faire face en tant que Rom. La famille Lakatos espérait alors trouver une vie meilleure au Canada, mais est plutôt arrivée au moment où l'ancien ministre de l'immigration Jason Kenney menait une croisade raciste contre les réfugiés, dont le but était de soumettre le système d'immigration au contrôle du marché. Les réfugiés Roms en particulier ont été utilisés comme boucs émissaires. La demande d'asile de la famille Lakatos a été rejetée et leur déportation ordonnée pour Octobre 2015. Déterminée à ne pas retourner en Hongrie, la famille est restée au Canada. Elle a ainsi rejoint les rangs des migrant-es sans papiers, une population estimée à près de 500 000 personnes au Canada et très vulnérable à l'exploitation et aux abus. Le père et le frère de Gilda ont été retrouvés et déportés en Mars 2016 et ils ont dû faire face à de nombreuses difficultés depuis leur retour en Hongrie.

« Je me sentais engourdie depuis que nous avions reçu la date de notre déportation la semaine dernière » explique Gilda. « Quand j’ai entendu la nouvelle hier après-midi, que nous ne serions pas encore déportées, je me suis dit : au moin ça. Mais les mots que je voulais vraiment entendre c’est : vous êtes acceptés, vous êtes les bienvenus ici ».

La famille a déposé une demande de résidence permanente pour circonstances d'ordre humanitaire il y a 8 mois. Il faut rappeler que les dossiers de demandes humanitaires ne sont presque jamais acceptées une fois que la personne a été déportée.

« Le gouvernement les a condamné à deux autres mois de stress et d’attente. Cette famille a déjà trop souffert et nous demandons au gouvernement de les accepter immédiatement et de réunir tous les membres de cette famille » affirme Mary Foster de Solidarité sans Frontières.

Une étude* portant sur les dossiers de plus de 10 000 réfugié-es hongrois, publiée en avril 2015, a montré à quel point les stéréotypes racistes contre les populations roms sont devenues « consacrés » dans les processus de traitement des dossiers de réfugiés au Canada. Puisque la Hongrie figure sur la liste de « pays sûrs » (« pays d’origine désignés »), la famille Lakatos n'est pas éligible pour une évaluation de risque avant renvoi (ERAR) avant 2018.

« Nous espérons que le gouvernement Canadien mettra fin au traitement discriminatoire des demandeurs d’asile Rom imposé par le gouvernement précédent. En 2012, le Canada a mis en place plusieurs mesures législatives qui ont eu des répercussions directes sur le taux d’acceptation des demandes de Roms, lesquelles ont diminué de 90 % depuis 1998 » a declaré Dafina Savic, Fondatrice et Directrice générale de Romanipe à Montréal.

-30-

Contact:
Tél. 438 933 7654

Source:
Solidarité sans Frontières
solidaritesansfrontieres@gmail.com
www.solidarityacrossborders.org

* No refuge: Hungarian Romani Refugee Claimants in Canada, Osgoode Legal Studies Research Papers Series, 2015
http://digitalcommons.osgoode.yorku.ca/cgi/viewcontent.cgi?article=1090&context=olsrps