Communiqué de presse: Le mépris libéral force le mouvement étudiant à intensifier la mobilisation pour la rémunération de tous les stages

;text-indent:0px;text-transform:none;white-space:normal;word-spacing:0px;background-color:rgb(255,255,255);text-decoration-style:initial;text-decoration-color:initial »>POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Budget provincial 2018-2019

Le mépris libéral force le mouvement étudiant à intensifier la mobilisation pour la rémunération de tous les stages

Gatineau, Sherbrooke, Trois-Rivières, Saguenay, Rimouski, Québec, Montréal, 28 mars 2018 – Après avoir maintenu l’exclusion des stagiaires dans le cadre de la réforme de la Loi sur les normes du travail, le gouvernement Couillard a une fois de plus excédé les étudiant.es et stagiaires dans le cadre de son budget 2018-2019 déposé mardi, le 27 mars. En effet, malgré les compressions budgétaires totalisant plus de 4 milliards $ depuis son élection, le ministre des Finances Carlos Leitao n’a pas cru bon dégager les sommes nécessaires pour améliorer le sort de l’ensemble des stagiaires, alors qu’il a pourtant distribué bien des bonbons pré-électoraux.

Cela a de quoi insulter une fois de plus le mouvement étudiant, qui réclame activement depuis deux ans la rémunération de tous les stages. Pas plus tard que jeudi dernier, les étudiantes sages-femmes, en grève pour une troisième journée cet hiver, étaient rassemblées devant l’Assemblée nationale accompagnées des stagiaires d’autres disciplines afin d’exiger que soit reconnu leur travail. Depuis le début du trimestre, ce sont plus de 20 000 étudiant.es qui ont multiplié les jours de grève pour la même raison.

En pareil contexte, l’annonce d’une compensation à hauteur de 15 millions $ par année servant à améliorer le sort des stagiaires de quatrième année en éducation est une bien maigre avancée. Les détails de cette mesure qui ne cible qu’un seul des quatre stages au cursus demeurent flous et incertains; surtout, ce gain sectoriel ne saurait faire oublier la non-reconnaissance par les députés de l’Assemblée nationale de la valeur du travail effectué par des dizaines de milliers de stagiaires, dont de nombreuses femmes qui oeuvrent dans les domaines traditionnellement féminins comme les soins infirmiers, le travail social et les études sages-femmes. « À l’heure où il est de bon ton chez les politicien.nes de se proclamer proféministe dans les médias, l’injustice genrée et sexiste que constituent les stages non rémunérés ne peut être corrigée par l’octroi d’une bourse pour les finissant.es en enseignement. » dénonce Sandrine Belley, stagiaire en travail social à l’UQAM.

Comment justifier que seul.es les stagiaires en enseignement soient visé.es par cette mesure alors que les étudiantes en soins infirmiers complètent 1035 heures de stage, celles en travail social, 945, et que les heures de stage des futures sages-femmes totalisent 2350 heures. Pourtant, les étudiantes de ces programmes aussi se mobilisent activement depuis deux ans. Et quelle réponse leur donne-t-on? Quelle est la mesure du budget qui touchera le plus le milieu des stages? Le gouvernement a tranché en faveur d’offrir… plus d’avantages fiscaux à leurs patron.nes! Le gouvernement débloquera des millions $ supplémetaires pour inciter les entreprises à faire appel à des stagiaires, tout en ne se souciant d’aucune façon des conditions de travail de celles et ceux-ci.

Face au mépris libéral, le mouvement pour la rémunération des stages poursuit sa marche vers une année 2018-2019 qui promet d’être riche en perturbations! Vendredi dernier, la Coalition montréalaise pour la rémunération des stages a adopté un mandat stipulant que, si le gouvernement refuse de satisfaire la revendication de rémunérer tous les stages, elle appellerait l’ensemble de ses associations membres à déclencher, dès l’hiver 2019, une grève générale illimitée des cours et des stages.

Associations et groupes signataires :

  • Association des étudiantes et des étudiants de la Faculté des sciences de l’Éducation de l’Université du Québec en à Montréal (ADEESE-UQAM)
  • Association des étudiants au baccalauréat en enseignement secondaire et professionnel de l’Université du Québec à Chicoutimi (AEBESP-UQAC)
  • Association étudiante du Cégep de Sherbrooke (AÉCS)
  • Association étudiante du Cégep de Saint-Laurent (AECSL)
  • Association étudiante aux cycles supérieurs en éducation de l’Université du Québec à Montréal (AÉCSÉd-UQAM)
  • Association des étudiantes sages-femmes du Québec (AESFQ)
  • Association étudiante en travail social de l’Université du Québec à Montréal (AETS-UQAM)
  • Association du module d’enseignement en adaptation scolaire et sociale de l’Université du Québec à Montréal (AMÉASS)
  • Association étudiante du module de l’éducation de l’Université du Québec en Outaouais (AÉMÉ-UQO)
  • Association étudiante du module de psychoéducation de l’Université du Québec en Outaouais (AÉMP-UQO)
  • Association générale étudiante du campus à Rimouski de l’UQAR (AGECAR)
  • Association générale étudiante du Cégep du Vieux Montréal (AGECVM)
  • Association étudiante du module des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais (AEMSS-UQO)
  • Association générale étudiante de la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke (AGEFLESH)
  • Comité pour la rémunération des stages et des internats de l’Université du Québec en Outaouais (CRIS-UQO)
  • Comité pour la rémunération des stages et des internats du Cégep de l’Outaouais (CRIS-CO)
  • Comité sur la rémunération en stage de l’Université du Québec à Chicoutimi
  • Comité unitaire sur le travail étudiant du Cégep du Cégep Marie-Victorin (CUTE-MV)
  • Comité unitaire sur le travail étudiant du Cégep de Vieux Montréal (CUTE-CVM)
  • Comité unitaire sur le travail étudiant du Cégep de Sherbrooke (CUTE-AECS)
  • Comité unitaire sur le travail étudiant de la région de Québec (CUTE-QC)
  • Comité unitaire sur le travail étudiant de l’Université de Montréal (CUTE-UdeM)
  • Comité unitaire sur le travail étudiant de l’Université du Québec à Montréal (CUTE-UQAM)
  • Société générale des étudiantes et étudiants du Collège de Maisonneuve (SOGÉÉCOM)
  • Syndicat étudiant du Cégep Marie-Victorin (SECMV)
  • Comité féministe en éducation de l’Université du Québec à Montréal
  • Regroupement des étudiants et étudiantes en travail social de l’Université du Québec en Outaouais (REETS-UQO)

-30 –

Pour entrevues et renseignements supplémentaires
Téléphone : 514 987-3527
Courriel : adeese@uqam.ca