Communiqué de presse – À L’INSTANT: Action fanfaronesque à l’aéroport réclame l’ouverture des frontières

Pour diffusion immédiate

COMMUNIQUÉ DE PRESSE



Action fanfaronesque à l’aéroport réclame l’ouverture des frontières



Montréal, le 4 juin 2016— Aujourd’hui des membres et alliéEs de Solidarité sans frontières, ensemble avec sept fanfares de rue, ont débarqué à l’aéroport Pierre Elliott Trudeau pour une action symphonique et théâtrale, afin de dénoncer et de mettre en évidence la violence des politiques frontalières et la nature arbitraire du système d'immigration du Canada.  Cette action a eu lieu un mois après l’occupation des bureaux de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).


La violence des déportations passe inaperçue par la grande majorité. Chaque jour, des milliers de montréalaisES embarquent et débarquent des vols internationaux, souvent traversant des frontières de façon relativement facile et sans soucis.  Entre temps, des dizaines de milliers de migrantEs sont detenuEs et expluséEs de force chaque année, séparéEs de leurs familles et leurs proches et renvoyéEs vers des situations précaires et dangereuses.


“Nous sommes ici parce que l’aéroport est un lieu où la violence des frontières est palpable, facilitant les déplacements de certainEs tout en contrôlant les déplacements d’autres, que ça soit par la détention, la déportation et en refusant à quelqu’un la possibilité d’entrer au Canada.” dit Roz Wong de Solidarité sans frontières. “Nous trouvons complètement insensée l’idée que le mouvement de certainEs soit si violemment contraint, alors que d’autres peuvent aller où illes veulent en tout temps. Tous les êtres humains devraient avoir la liberté de se déplacer, de rester, et de retourner où illes le veulent, s’illes le désirent.”


Les participantEs de l’action ont chanté et joué “Ouvrez les frontières” de Tiken Jah Fakoly, des lignes de sousaphones sonnant à travers l’étage des départs, jusqu’à ce que les échos des paroles s’entendaient à tous les coins de l’aéroport. “Le message a été exprimé à travers la musique et des témoignages mais aussi par un pièce de théâtre qui met de l’avant l’image du papillon, qui migre à chaque année et qui a une liberté de mouvement enviable” dit Claire Abraham, une autre militante participante à l’action.  


L’action s’inscrit dans le cadre du Mois contre les déportations, qui cherche à dénoncer la violence, le racisme et les oppressions liées au contrôle des frontières, tout en soulignant l’impact de ce contrôle sur la vie quotidienne de plusieurs dizaines de milliers de personnes à Montréal.


Les participantEs de “La folie des frontières” réclame la régularisation immédiate, inclusive et continue de toutes les personnes sans papiers vivant au Canada.



— 30 —


Contact:

Rosalind Wong, membre de Solidarité sans frontières

514-220-6515

solidaritesansfrontieres@gmail.com

www.solidaritesansfrontieres.org