Bissan Eid forcée de donner naissance à Gaza, alors que la famille Eid continue d’appeler à l’aide

Pour diffusion immédiate – mercredi 26 avril 2017
Bissan Eid forcée de donner naissance à Gaza, alors que la famille Eid continue d’appeler à l’aide
#BringBissanHome
Jeudi 27 avril, 10h
Ecole des affaires publiques et communautaires
Salle de classe au premier étage
2149 rue Mackay
Bissan Eid de Montréal, une étudiante diplômée de Concordia, est toujours bloquée dans la bande de Gaza, assiégée par les forces armées israéliennes. Toujours enceinte de huit mois, elle continue d’appeler le gouvernement canadien à l’aide.
Étant donné les circonstances actuelles et la grossesse difficile de Bissan, Bissan et sa famille ont décidé que la démarche la plus sûre est que Bissan accouche à Gaza.
« Le gouvernement canadien a eu plus de quatre mois pour intervenir à l’appui de Bissan », a expliqué Hadi Eid, le père de Bissan, « mais, au lieu de prendre des mesures à la demande urgente de Bissan et de notre famille, le gouvernement canadien a omis d’agir et, maintenant, Bissan devra accoucher à Gaza. »
Comme il est devenu impossible pour Bissan de voyager, nous appelons le gouvernement canadien à se coordonner avec la famille Eid pour s’assurer que Bissan et son enfant puissent voyager à la fin du mois de mai ou au début du mois de juin. Nous exigeons que le gouvernement agisse immédiatement pour obtenir un passage sécurisé et des documents de citoyenneté canadienne complète, à la fois pour Bissan et pour son enfant qui, par la loi, sera également un citoyen canadien.
Depuis qu’elle a lancé un appel public au soutien, la lutte de Bissan pour retourner chez elle au Canada a bénéficié du soutien du Syndicat Etudiant de Concordia (Student Union, CSU) et de l’Association des étudiants des cycles supérieurs (Graduate Students’ Association, GSA), ainsi que de nombreux travailleurs et professeurs de l’Université Concordia. Une pétition lancée la semaine dernière a atteint plus de 850 signatures, et une lettre ouverte spécifique de Concordia a atteint 165 signataires de la communauté de Concordia. L’École des affaires publiques et communautaires, l’Institut Simone de Beauvoir et l’Association des universitaire à temps partiel de l’Université Concordia ont publié des déclarations publiques demandant au gouvernement canadien d’agir immédiatement.
Amnesty International Québec demande également publiquement au gouvernement canadien de faire davantage pour soutenir Bissan.
Pour plus d’informations :
Tags: